Association des amis de Jean Talon Châlons-en-Champagne
Association des amis de Jean TalonChâlons-en-Champagne

Les ambitions de Jean Talon pour la Nouvelle-France

Colbert

Jean Talon s'informe rapidement des problèmes de l’établissement français. Dès le 4 octobre 1665, il envoie un rapport à Colbert. En dépit du faible peuplement, il propose de faire de la  Nouvelle-France une contrée prospère.

 

L’agriculture, la pêche et les mines lui paraissent sources de grandes richesses. Il convient donc de peupler, d’exploiter ces richesses et d’assurer la liberté du commerce.

 

Dans sa réponse du 5 Avril 1666, Colbert rappelle à Talon qu'on ne saurait dépeupler le Royaume au profit de la Nouvelle-France. L'Intendant doit se préoccuper avant tout de sécuriser la Province.

 

Talon comprend qu'il n'aura pas l'afflux des habitants qu'il souhaite. Dans sa lettre du 13 novembre 1666, il s’incline mais rend compte de l’ensemble des initiatives prises pendant ces douze premiers mois.

La pacification du territoire

Carte des expéditions militaires en 1666

L’arrivée du régiment Carignan-Salières en Nouvelle-France marque un tournant et permet aux Français de passer à l’offensive contre les Iroquois et d’imposer la paix.

 

Après une première expédition militaire en Janvier et Février 1666 conduite par Rémy de Courcelles et qui se solde par un échec, l’été se passe en pourparlers de paix, mais aussi en préparatifs de guerre.

 

Dans un mémoire nuancé adressé le 1er septembre 1666 à Messieurs de Tracy  et de Courcelles,  Jean Talon, après avoir exposé les raisons qui militent pour la paix,conclut à la nécessité de la guerre. Le 6 Septembre, Monsieur de Tracy  décide de conduire une expédition de 1300 hommes pour aller du lac Champlain au lac Saint Sacrement en pays Agnier.

 

Cette courte expédition - à peine trois mois-  est couronnée de succès et ouvre une période de paix qui permet à la colonie de relever la tête.

Le peuplement de la colonie

Recensement de 1666

Dans l'hiver 1666, Jean Talon organise le premier recensement de la colonie. La Nouvelle France ne dispose que de 3215 Européens, soit au total 524 familles et la  ville de Québec n'a que 547 habitants.

 

Colbert qui se rend compte que l'établissement français d’Amérique du Nord est condamné à court terme, si l'immigration fait défaut, s'efforce néanmoins de recruter quelques immigrants volontaires.

 

Jean Talon leur fait donner deux arpents défrichés - soit à peu près 68 ares -, à charge pour eux de défricher en retour la même surface pour un autre arrivant.

De 1665 à 1672, 1700 colons débarquèrent en Nouvelle-France !

 

L'intendant pratique une politique de soutien aux familles, qu'il pousse à la natalité. Des pénalités fiscales, sans parler de l'interdiction de pêcher ou de chasser frappent les célibataires réfractaires au mariage, ou les pères qui ne marient pas les filles à 16 ans et les garçons à 20 ! Les familles nombreuses sont récompensées. Les pères de dix enfants reçoivent une prime annuelle de 300 livres , ceux qui ont douze enfants touchent 400 livres .

 

Sur ses instances, le Roi décide de doter les jeunes femmes qui s’établissent en Nouvelle France. L’aide se monte à 100 livres . C’est Marguerite Bourgeoys qui la première les désigne comme les filles du Roi. En 7 ans, environ 1000 femmes trouvent mari en Nouvelle France.

 

Talon pense aussi à des "paysans-soldats", installés au contact des Indiens hostiles dans les "zones frontières", à l'image de ce qu'avaient pratiqué les Romains dans les pays du limes.

Comment nous joindre

Association des amis de Jean Talon


19 avenue du Général Sarrail

Complexe Gérard Philipe

51000 Chalons-en-Champagne

Téléphone : 03.26.67.94.49

 

contact@amisdejeantalon.fr

 

Actualités

Retrouvez dès à présent sur notre site Web toute l'actualité de notre association.

Vous avez installé un outil pour bloquer les publicités. Veuillez le désactiver pour que cette Web App puisse être correctement affichée et configurée.